23 mai 2017

Chronique : La Forge d'Oren

Dans un monde où les prédateurs règnent en maîtres sur leurs proies, Rask et Kanaq sont deux martres en quête d’un lieu idéal, où les prédateurs n’existeraient pas. Ces deux petits mammifères, qui ont la particularité d’être des prédateurs pour certains et de la viande pour d’autres, décident donc de partir à l’aventure en dépit des dangers qui les guettent.
 

Une quête vers l’inconnu

Mais le chemin s’annonce long et fastidieux pour nos deux amis ! Perdus dans une étrange forêt vidée de ses habitants et poursuivis par une horde de loups affamés, nos pauvres héros devront faire preuve d’un courage à toute épreuve pour arriver jusqu’à leur but. Et quel est cet étrange objet – sûrement magique ! – qu’ils doivent à tout prix préserver ?

La Forge d'Oren nous raconte non seulement une (més)aventure où les héros sont constamment remis en question dans leurs certitudes, mais c'est aussi une histoire touchante de deux personnages qui cherchent un sens à leur existence. Eh oui, ce bel album nous montre comme action et réflexion peuvent faire bon mélange ! Car derrière les figures animales de Rask et Kanaq, chacun de nous peut se reconnaître, dans ses faiblesses comme dans son courage.
 

La patte graphique digne des plus grands Disney   

Finalement, quelle histoire où l’on a la promesse de ne pas s’arrêter tant que l’on a pas atteint la dernière page de l’album ! Avec un dessin animalier digne des plus grands Disney, Teagan Gavet nous emmène dans une aventure où des personnages hauts en couleur et le suspense sont au rendez-vous !

Cerise sur le gâteau, nous avons droit à une petite friandise en fin d’album avec un cahier graphique exclusif de l’auteur ! À admirer et à recopier sans modération !

La Forge d'Oren - Partie 1 : La Proie
Teagan Gavet
Mars 2017